Nous revenons à ce que nous avons quitté

 

Nous revenons à ce que nous avons quitté,
à ce qui nous a quitté. Dans nos mains
un tas de clés, qui n’ouvrent
ni porte ni tiroir ni valise –
nous les faisons tinter et nous sourions,
n’ayant plus personne à tromper,
surtout pas nous-mêmes.

 

Extrait de Secondes, traduction Marie-Cécile Fauvin