Ah ! mon amie

 

Ah ! mon amie,
C’est toi aussi qui écrivais
J’habite un jour dont je ne suis pas maître (1).

Moi aussi il m’arrive de penser
Que je ne suis décidément maître de rien :

Pas plus maître de mes mains
Que du temps qui passe dans cette maison de misère,

Pas plus maître de mon destin
Que de cette eau qui coule sous les ponts
Et dans mes histoires sans queue ni tête,

Pas plus maître de moi

Que de ce poème où je n’ai décidément pas rendez-vous,
Ni avec l’amour ni avec la rime.

 

                                                                                                                       À Jean-Claude Pirotte

© La Tristesse du figuier, Lettres Vives, 2012

 

(1) Liliane Wouters, Le Gel, Pierre Seghers, 1966.